Abonnement par email

Recevez les derniers articles moto de Tarmo directement sur votre adresse email.

Recevez un résumé quotidien de l'actualité moto en vous abonnant à notre newsletter.

 

Pourquoi poser le genou et déhancher en moto ?

Pourquoi poser le genou

Poser le genou et déhancher : la physique

Techniquement parlant, poser le genou (et donc déhancher) permet de passer plus vite dans les virages en jouant sur le centre de gravité de l'ensemble pilote/moto.

En déhanchant, le pilote rapproche le centre gravité de la moto vers l'intérieur du virage.

Cette modification de l’équilibre permet, à vitesse égale, de passer le même virage avec une prise d’angle moins importante et donc en minimisant les risques de perte d’adhérence.

Moins d'angle = plus de grip, et avec plus de grip, tu as plus de marge. Avec cette marge supplémentaire, tu peux passer plus vite dans ce virage.

En sortie de virage, avoir moins d'angle offre un surplus de motricité qui te permet de remettre du gaz plus tôt et plus fort pour déposer tes potes dans les bouts droits.

Trivial non ? Un petit résumé pour les flemmards :

Déhancher => moins d'angle => plus de grip => passer plus vite.

Poser le genou : un repère

Pourquoi déhancher en moto


Au delà de l'effet physique, les pilotes les plus avertis se servent du genoux pour "tâter l'angle".

Avoir le slider qui touche le bitume permet, avec l'habitude, d’évaluer la prise d’angle grâce à la sensation apportée par ce contact physique avec la piste.

Mettre le genou : une sécurité

Avec mon level de TLB, cet aspect tient plus du mythe que de la réalité mais il serait possible (<= l'emploi du conditionnel est à noter) de rattraper une amorce de glisse avec son genou.

Seuls quelques maitres Jedi utilisent cette technique en cas de perte d'adhérence.

A en croire ces initiés qui maitrisent la force, il "suffit" de prendre appui sur le genou pour redresser la moto et retrouver l'adhérence. Le tout en un pouième de seconde : oO'.

Il sert alors de troisième point d'appui et te permet d'éviter la gauffre en utilisant tes réflexes de ninja.

Poser le genou : le Graal

Après tout ce blabla technique il ne faut pas oublier le plaisir.

Perso, mon premier "frottement de slider" c'était sur le circuit du LFG.

L'envie de faire comme les potes, le défi ou la curiosité ... je ne sais plus trop ce qui m'a motivé.

Ce dont je me souviens avant tout : la sensation que cela procure et le plaisir de "l'avoir fait".

Un mélange inoubliable entre satisfaction liée à la réussite personnelle et la fierté d'arborer des sliders usés.

Un truc très bête quand on y pense ...

 
Publié par 14850 le 21 février 2013, 12:51.